20065902_114405372530113_7134001650011734016_n

 

Découverte de la plume de l’auteur avec ce roman l’heure des fous. 1ere enquête de l’inspecteur Mehrlicht et de ses adjoints Dossantos et Latour. Ils se retrouvent avec un SDF mort à proximité de la gare de Lyon, l’enquête qui parait de routine prend une tournure inattendue au grand dam du commissaire Matiblout.

L’auteur alterne dans son récit références littéraires notamment à Hugo, historiques sur Napoléon III, politique et petit clin d’œil à la télé comme avec l’évocation de Julien Lepers. Le langage fleuri et désuet avec des expressions anciennes, argotiques ou les sonneries du téléphone de Merlicht extraite de dialogue d’Audiard, comme son côté vachard avec  son jeune stagiaire Ménard donne des touches d’humour bienvenue au récit. Elle confère aussi un côté original à l’histoire.

L’intrigue comme l’enquête est bien ficelée avec des rebondissements et une plongée dans la vie des SDF, de l’université et d’un commissariat de quartier. On s’attache aux personnages, à leurs histoires personnelles dont on a quelques bribes, à l’amitié de Merhlicht avec Jacques, à Latour seule femme de l’équipe face à son chef old school et son collègue Dossantos obsédé par le code pénal et le sport toujours prêt à défendre les plus faibles.

Les défauts des personnages, leurs particularités rendent crédible cette équipe hétéroclite qui comme le lecteur suppute, démêle les fils de l’histoire. On apprend, on tourne les pages pour connaître les réponses, un bon polar à la fois original dans son écriture et qui fait réfléchir sur la société dans laquelle on vit. L’auteur ne tente pas de copier les séries américaines ou les polars nordiques, il injecte sa marque de fabrique, son humour, de l’ironie dans le décor parisien.

Une série à suivre que je vais continuer à lire, un premier tome que j’ai pris grand plaisir à découvrir.

Ps : Merci à Frédérique pour le livre et à l'assos Lire c'est libre pour la découverte de cet auteur.