nos richesses

Nos richesses est un récit en 3 temps, celui d’aujourd’hui avec Ryad et Abdallah en Algérie, celui d’Edmond Charlot brillant éditeur de Camus, Dib, Roy entre autres et d’un narrateur omniscient, un « nous » collectif qui rappelle les grands évènements qui se sont déroulés en Algérie et à Paris pendant le conflit.

Avec une écriture à la fois précise, réaliste et parfois plus sèche, l’auteur nous décrit son Algérie, son histoire. Elle décrit aussi la ville véritable décor à la vie de ses personnages réels et de fiction. J’ai aimé cheminer aux côtés de Charlot même si le format journal avec juste des dates et des entrées m’a quelque peu décontenancé. J’aurais aimé passer plus de temps avec lui parfois. La partie contemporaine avec le poids du passé, de l’héritage et ce vieil homme Abdallah qui a consacré toute sa vie à la librairie et aux prêts aux vraies richesses est émouvante. Cette vie d’indigène à homme libre, qui voit ses souvenirs, ses fantômes disparaitre. Les descriptions sont poétiques ou drôles comme l’évocation de la bêtise de la bureaucratie avec l’histoire des livres, la vie sous surveillance aussi. Ryad m’apparait un peu plus falot à côté contrepoint de cette jeunesse qui a tout oublié, perdu juste là pour faire son travail vider ce lieu la librairie les vraies richesses, le rendre propre et peu importe les souvenirs, la vie du quartier.  Avec un sentiment de nostalgie, de fin de siècle qui déborde de ces lignes, de ce lieu qui perd un peu son âme, son histoire.

On découvre par contre le formidable travail d’éditeur, de découvreur de talents de Charlot, son envie de faire de ses éditions une bande de copains, son énergie, ses difficultés. Sa passion pour son métier, ses idées novatrices mais aussi les amitiés de part et d’autre de la méditerranée et ses tentatives parisiennes avortées. L’auteur s’est bien documentée sur lui, sa vie et cette partie est très intéressante. Je connaissais un peu cette histoire par mon libraire qui a donné ce nom à sa librairie mais j’ai pu en apprendre plus grâce à ce livre. Un joli livre sur un destin manqué, la malchance, sur l’Algérie en filigrane jusqu’à la violence absolue de Sétif et de Charonne. Sa passion, sa volonté d'être un passeur de livre, car il fait aussi du prêt, de découvrir et de publier les histoires sans tenir compte des risques, des conséquences financières sont bien mises en avant.

Il m’a manqué quelque chose pour être emportée, je ne sais pas quoi, peut être que le changement de narration les histoires imbriquées ont cassé ce fil dommage. Le récit sous forme de journal, la volonté d’en savoir plus sur les amis de Charlot, m’a laissé une impression d’inachevée sans doute parce que je suis intéressée par cette histoire, que la rencontre avec l’auteur avant la lecture de l’ouvrage m’avait fait imaginer autrement son récit.

Un livre agréable mais avec des bémols, sa magie n’a pas totalement opérée pour moi, ou seulement par moment (sur Charonne, le personnage d’Abdallah, le périple à Paris m’ont embarqué), mais pas assez pour que ça soit un coup de cœur. Mais le livre est intéressant donc partez à la découverte de la bande à Charlot et d’Alger la belle.