années cristal

Epopée historique et familiale dans une cristallerie parisienne, à Clichy. On suit les pas de Louis Joseph Maës, brillant cristallier, amoureux fou de sa femme Anne et qui va au cours du siècle révolutionner son art.

Fier bonapartiste, honnête et courageux, à travers lui on assiste aux grands événements du siècle, l’avènement de Napoléon III ; la montée des tensions avec l’Allemagne, la Commune. On côtoie les personnages célèbres comme Nadar, Baudelaire et les hommes politiques de l’époque comme Haussman, l’empereur et l’impératrice, la reine Victoria. On voit Paris se construire, se façonner avec les grands travaux du XIXe, le développement de la banlieue avec la ville de Clichy. On assiste à la montée en grade de la cristallerie qui acquiert une renommée européenne et mondiale à travers les différentes expositions universelles qui parsèment le siècle. J’ai vraiment découvert autrement ce phénomène que je ne connaissais que par les affiches historiques vues lors de mes vieilles années de fac d’histoire.

Autour de Louis Joseph, ses fils Georges, Amédée ou Albert ont chacun une vision politique différente. George est le plus indépendant et rebelle, il critique la fidélité de son père au régime. Amédée et Albert sont plus discrets, l’un est fasciné par la cristallerie l’autre par les dessins d’oiseaux. Chacun va apporter sa pierre à l’édifice. Mais l’intérêt du roman est qu’on ne voit pas seulement l’histoire, les progrès par le haut de la lorgnette.

Constant le frère de Louis Joseph, Blanche la courtisane, Winckler le banquier nous font pénétrer dans le monde interlope, des demies mondaines et dans la folle effervescence du Paris bourgeois et noble qui claque de l’argent en bal, champagne repas. Celui qui s’étourdit de fête et ne voit pas la colère des ouvriers et des domestiques monter.

La folie, la volonté d’arriver nous montre l’envers de cette société hiérarchisée et codifiée par l’empereur à travers le personnage ambigüe de Blanche qui se sert de pigeons, pour obtenir une reconnaissance sociale à travers les dépenses que lui font ses amants .

Le monde des ouvriers est visible avec Lantier comme son célèbre homonyme fort en gueule, républicain puis rouge qui défend ses idées. Madeleine fille de domestique nous montre l’envers de la vie de ses maîtres comme la cuisinière Mme Flambart ou encore Léon fidèle cocher de la famille.

Un monde particulier qui oscille entre progrès et tradition à travers cette famille car Louis Joseph est en avance sur son temps et il intéressant d’alterner la grande et la petite histoire.

Le rythme est soutenu, la langue à la fois réaliste, drôle et précise. En variant les points de vue l’auteur nous montre sous un autre jour le Second Empire, ses contradictions, les forces en présence. Et finalement, les préoccupations se rapprochent de notre période actuelle. Avec sa violence, ses vices, ses doutes, ce pouvoir économique, ses inégalités, ses combats. Ce roman est original car on n’a pas l’habitude d’entendre parler de ce type de lieu quand on pense révolution industrielle. Il donne à voir d’une autre manière le 2nd empire, moi qui était prisonnière soit de la version littéraire d’Hugo, soit des livres hyper froids des historiens sur les banquets et la commune, ça m’a changeait. Il analyse bien les soubresauts de l’époque et retranscrit le souffle révolutionnaire et républicain qui secoue la fin du régime de Napoléon III. Les péripéties sont bien menées et on suit avec plaisir ce récit.

Basé sur un matériau riche et réel, il est prenant et agréable à lire en alternant action et description, dialogue et récit, destins des différents personnages. Les personnages sont attachants et c’est agréable de voir leurs évolutions au fil des ans, au grès des événements historiques. On a l’impression d’être pleinement immergé dans le 19e ; l’humour côtoie le tragique, les grands et les petits de ce monde.

J’ai apprécié de traverser une partie du siècle avec la famille Maes, curieuse de découvrir la suite de la fin du 19e à nos jours avec les nouvelles générations de cristallier et l’avènement de la III e République. Un livre que je vous recommande chaudement.

PS : comme quoi les réseaux sociaux permettent la découverte d’auteurs et de romans qui sinon seraient passés sous le radar ce qui aurait été dommage. Donc bien contente de suivre l’auteur et du coup d’avoir découvert sa plume.