20180401_215435

Une fois n’est pas coutume, le pitch va être rapide. Les 5 personnages se rencontrent dans une situation particulière, inattendue. Ils n’auraient jamais dû se rencontrer et pourtant ils se croisent. Ces 5 individus différents, se reconnaissent, s’apprivoisent, se découvrent au fil du récit.

Béa  est agent immobilière, croqueuse de vie et d’hommes, fan de Johnny. Elisabeth 68 ans est la parfaite femme au foyer effacée derrière son mari.  Alice est une jeune femme de 25 ans timide puéricultrice au look d’ado. Enfin, Sam est un jeune banquier dynamique  fou amoureux de Greg.  Pour la suite il faudra ouvrir les pages. Il faut que je vous dise que ce livre m’a remué, qu’il est difficile de lui rendre justice sans en dévoiler des éléments donc je vais juste vous parler des émotions et de ce que l’on ressent à sa lecture.

Ce petit monde va se choisir comme une famille, les 5 doigts de la main et on suit leurs aventures drôles et tendres au fil des pages. L’auteur danse sur un fil de l’émotion, du rire aux larmes. Avec délicatesse, poésie, bienveillance, pudeur, il dévoile une belle réflexion sur l’amitié, le sens de la vie, les choix, les combats à mener, les ressources pour surmonter les épreuves, la tristesse, son passé.

On est ému souvent, on rit, on pleure, on fait défiler les pages car on s’attache à cette joyeuse bande. On aime découvrir leurs ressorts, leurs secrets. La douce folie et l’énergie à toute épreuve de Béa, l’affirmation d’Elisabeth, c’est beau de voir émerger le papillon de sa chrysalide avec le personnage d’Alice et de voir Sam renouer avec son passé sous le regard bienveillant de Greg et du beau couple qu’ils forment. J’ai été touché par ces personnages dans le cas d’Elisabeth et de Béa, ils m’ont fait penser à ma tante et à ma grand-mère, j’ai été prise par surprise par l’émotion qui se dégage du roman à la fois brute et pudique.

Des humains attendrissants, imparfaits, vibrants qui nous donnent des leçons de vie : ensemble on est plus fort, il ne faut pas regretter et avancer. Tiens je fais comme les petites phrases de Béa dans son carnet vert.

Un livre fort et subtile, une comédie douce amère. Bravo à l’auteur d’avoir tissé cette belle ode et cet hommage à la vie, à l’amitié, pour faire entrer de la lumière, de la tendresse dans notre triste époque. D’avoir eu l’idée géniale de créer ce club des feignasses qui restera gravé dans mon cœur, a fait ressurgir des souvenirs et me l’a fait dévoré en quelques jours.

Et pour finir Lisez le !!!!

Ps: merci aux editions Mazarine.