20180804_174504

 

Pendant longtemps, je n’ai lu que du polar, des auteurs anglo-saxons, puis à partir de Millénium des auteurs venant du froid. J’ai alterné roman noir, thrillers, policier old school et beaucoup de série ça a duré du lycée jusqu’à il y a 5 ans. J’avais trop lu souvent les même ficelles, les même bandeaux accrocheurs si vous avez aimé un tel, vous aimerez cet auteur du coup, je me suis un peu éloignée du polar, et maintenant je n’en lis que quelques uns par an, en général d’ailleurs plutôt du roman noir ou psychologique, les sérials killers j’en ai soupé.

Cette petite intro pour vous expliquez pourquoi aussi j’ai mis du temps à lire ce roman car j’avais un peu peur que le roman surfe une fois de plus sur la mode auteur nordique après Mankell, Indridason, Jussi adler olsen, Läckberg qui sont des auteurs que j’apprécie énormément. Mais heureusement ,ça n’a pas du tout était le cas, Lilja Sigurdardottir est une auteur islandaise certes, ce roman est le premier volet d’une trilogie intitulée Reykjavik noir.

C’est un roman psychologique efficace qui met en lumière Sonja, une mère folle de son petit garçon Tomas , elle est divorcée et ferait tout pour obtenir une vraie garde alternée et elle est totalement dévouée à son petit garçon.

Elle se retrouve prise au piège d’un sombre trafic que je vous laisse découvrir ( d’où le titre de ce premier opus piégée). A côté de ce personnage principal, son amie Agla, banquière est aussi empêtrée dans un scandale financier qui secoue l’ensemble du pays. Enfin, on suit aussi les pensées et la vie d’un inspecteur des douanes proche de la retraite Bragi, fou amoureux de sa femme et dont le travail est la seule porte de sortie.

Chaque chapitre est une plongée dans la vie et la psyché des personnages, leurs motivations, leurs zones d’ombre, chacun est attachant et j’ai apprécié ce côté introspectif du roman. Il permet aussi d’explorer le monde des trafiquants, des douanes, de la banque. Il met un lumière un microcosme particulier tout en évoquant des sujets plus universels comme le divorce, l’amour maternel, l’évolution de la société, le fait de s’assumer. Le récit est fluide, bien rythmé et maintien le suspense les personnages vont ils s’en sortir et casser ce qui les engluent dans leur vie ?

Véritable course contre la montre, avec des personnages attachants et crédibles sur fond de scandale, ce premier volet tient ses promesses et curieuse de savoir comment vont évoluer les personnages.

Donc laissez vous prendre dans la toile de l’auteur et de ses personnages et préparez vous à une nouvelle bouffée de suspense nordique.

Ps : merci à Geneviève du blog memo émoi pour la découverte, le conseil et le prêt du roman.