45430649_758527061168011_3089836715851755987_n(1)

Marianne, l’auteur de ce livre est journaliste, free lance, elle est célibataire, elle a 36 ans et un dimanche soir elle décide de se lancer un défi, changer de vie. Pour cela, elle la fan des guides de développement personnel, décide de ne plus seulement les lire mais d’appliquer leurs conseils pendant un peu plus d’un an. Elles se retrouvent dans des situations parfois improbables, sauter dans l’eau glacée, poser nue, faire une scène ouverte de stand up. Elle doit se confronter à sa peur de l’argent, dire bonjour à des inconnus, essuyer des refus.

Au départ, on se dit c’est un roman drôle mais en fait pas vraiment, il y a des passages dingues comme la visualisation positive où il faut se faire un chèque à soi même par exemple. Mais peu à peu, et c’est ce qui est intéressant dans le témoignage, cela permet à l’auteur de vraiment s’interroger sur elle-même. Son rapport à son corps, à l’argent, ses peurs, ses relations amicales, amoureuses. Elle passe de la procrastination à des actions concrètes, par moment on a un peu peur pour elle en se demandant si elle ne va pas trop loin . Elle va jusqu’au bout de son identité, son aventure en testant pendant un mois, une vision de la vie sur le moment présent par exemple, même les techniques new âge avec les anges. Elle n’élude pas les doutes, les entorses ou les moments plus sombres.

J’ai apprécié ce mélange de genre entre roman et témoignage, le côté à la fois sincère de la démarche et  dingue, les références aux livres précis et le fait que  l’auteur ne cache pas ses faiblesses, ses excès. On comprend alors que c’est surtout le regard sur soi qu’on doit changer, au-delà des méthodes et des conseils, que parfois il faut juste essayer de se regarder honnêtement et appliquer la théorie du rien à foutre, oser essayer malgré les refus. Ce livre permet de remettre en perspective les aspirations de notre société : être heureux, riche, beau, amoureux. Il a ton résolument moderne, un journal de bridget jones version développement personnel.

On finit par s’attacher à Marianne, sa famille et ses amis ; on se demande jusqu’où elle va remettre en cause sa vie, son entourage. On a peur parfois de cette pensée un peu magique qui peut conduire à se perdre, au chaos. J’ai trouvé très courageux de la part de l’auteur, de se confier sur ses peurs, douleurs intimes, ses expériences.

Un témoignage intéressant, un livre divertissant et agréable qui finalement est plus sérieux qu’il n’y parait alors embarquez pour un tour d’horizon des différentes théories de développement personnel et peut être que comme l’auteur vous finirez par vous découvrir vous-même.

PS : elle m’a donné furieusement envie en tout cas, d’aller boire des mojitos entre amis et finalement de me ficher la paix. Merci à Valentine pour le conseil.