20190420_140316

Kisanga est un roman noir qui se déroule au Congo, on suit les aventures de deux personnages principaux : Raphael et Olivier. L’un est journaliste, il a connu son heure de gloire mais une enquête d’investigation ratée le mine depuis 10 ans. L’autre est un jeune ingénieur, fou de sa petite fille Sarah, mais qui aimerait à nouveau sentir le vent de l’aventure comme avant. Il se retrouve dans un gros projet minier de son groupe industriel Carmin appelé Kisanga.

Ce roman est très intéressant, car au fil du récit, on découvre l’histoire compliquée du Congo, les batailles pour les richesses du sous sol ( cuivre, cobalt). On constate les ravages de l’argent, de la corruption, des guerres mais aussi les nouveaux homme fort du continent africain : les Chinois.

Sur fond du lancement de gisement de Kisanga, le roman montre aussi les ambigüités de la France, la difficulté de faire éclater la vérité et les pressions avec le personnage du journaliste Raphael Da Costa. On apperçoit aussi le monde politique français avec Meyrieux, homme politique obsédé par sa carrière, Moïse au Congo. La réflexion géopolitique est très juste.

Tuju le fixeur, nous donne à voir les conflits et les croyances, lui qui a traversé plusieurs guerre, sans manichéisme avec lucidité, l’auteur fait défiler le Congo contemporain et ses enjeux politiques.

Les descriptions des paysages, du pays sont très belles et on apprend à mieux connaitre  la région, le rythme est soutenu, dans cette course contre la montre notamment dans la dernière partie du roman.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, à découvrir l’histoire du Congo, des exploitations minières, à voir les querelles de pouvoir, les petits arrangements entre amis.

Une troisième incursion dans l’univers d’Emmanuel Grand qui une fois de plus confirme son talent pour raconter des histoires crédibles, palpitantes et nous instruire .Un roman noir que je vous conseille vivement.