20180520_113844

Mille soleils est un roman addictif, une fois commencé, on ne peut pas le lâcher. On suit la destinée de 5 personnages : 4 hommes et une femme en Argentine à proximité du désert. Un journaliste Simon et 3 scientifiques, Alex,  Wolfgang et Vadim spécialistes de l’univers. Une femme Mathilda croise leur route.

Leurs vies minuscules face à l’univers sont bouleversées en un instant. Pour les hommes, un accident de la route modifie leur trajectoire et  donne à  chacun l’occasion de revoir sa vie à l’aune de cet événement. Ce qui compte, ce qui reste, les grands et petits drames, les déceptions, la déveine s’invitent dans leurs récits.

Wolfgang, le doux rêveur, l’optimiste et qui est le plus malchanceux. Simon et sa vision fleur bleue de l’existence et son hypocondrie qui le poursuit. Vadim et ses silences qui sont au cœur de sa vie. Alexandre et son amour perdu Léna qui l’obsède . Les vies sont disséquées et examinées au microscope par l’auteur dans cet espace temps dilaté, cette journée particulière.

On a le avant l’accident et l’après. Chaque personnage réagit différemment, nous livre des parcelles de son âme, des morceaux d’ombre et de lumière.D’anecdotes drôles ou tristes, des tentatives désespérées en attitude stoïque, les pages défilent. Face à un paysage grandiose et indifférent.

En filigrane, les informations glanées par Simon sur l’univers, la lumière, la passion pour les étoiles donnent un cadre à la fois dramatique et relativise ces vies humaines. La toute puissance de la nature mais aussi le temps qui passe, la difficulté de s’accepter, la solitude sont évoquées par le personnage de Mathilda et sa folle traversée à vélo.

Les réflexions poétiques, philosophiques côtoient ce qui fait une vie, les doutes et les soucis du quotidien. L’impression de ne pas être à sa place, la douleur de l’enfance, la passion qui s’achève, l’habitude sont autant de thèmes présents dans les récits des personnages. L’auteur dissèque et nous offre ces morceaux de vie, comme des reflets d’étoiles courageux ou lâches, responsables ou fous. On se reconnait dans chacun d’eux, on s’auto-contemple, on réfléchit, on relativise. Que ferions-nous au bord de la route ? Avons-nous la vie dont on rêve ?

Une langue littéraire, une construction millimétrée, un rythme soutenu et émouvant. Un bien beau roman de Nicolas Delesalle qui déploie de plus en plus sa plume de romancier, s’éloigne de l’écriture journalistique même s’il s’inspire du réel.

Donc collectez ces morceaux de vie et découvrez ces hommes au cœur de Mille soleils. Un nouveau coup de cœur pour la plume de l’auteur.