20181104_130945

C’est un court récit que nous offre Arnaud Dudek, dans celui-ci le narrateur ne se remet pas d’une agression qu’il a subit jeune. Avec des phrases courtes, criantes de vérité ou poétiques, il déploie les ombres et les monstres de cet homme qui a fait le choix de se taire.

Ici peu de noms, des initiales en guise de prénom qui donnent une portée encore plus universelle à cette histoire malheureusement. On se laisse happer par ce récit de l’enfant puis d’adulte que devient le narrateur, ses tentatives pour s’en sortir, ce réapprentissage de la vie après un trou noir.

Le silence, les tocs, en peu de phrases, l’auteur réussit à nous faire sentir et comprendre les angoisses du narrateur. On est pris dans la toile des mots, on lit d’une traite ce récit, en se demandant comment il va s’en sortir.

Sans tomber dans la facilité, avec pudeur, efficacité, Arnaud Dudek livre un récit plus noir que d’habitude mais où la poésie est toujours présente, un héros fragile malgré lui , un récit humain et qui touche forcément.

Un joli coup de cœur pour ce livre qui traite d’un sujet grave avec délicatesse, sans atténuer ou caricaturer mais qui nous donne à voir un homme avec un grand H.

Donc n’hésitez pas à découvrir tant bien que mal, merci à Virginie de m’avoir fait découvrir cet auteur avec son précédent roman et d’avoir porté ce roman jusqu’à moi en le faisant remonter à mon souvenir .