20170226_234901

Marguerite est un premier roman émouvant, l’héroïne est une jeune femme amoureuse, jeune mariée pleine d’espoir en septembre 1939.  Mais la guerre va lui enlever son Pierre. Alors sa vie bien rangée d’épouse heureuse, au foyer, se retrouve confrontée à la solitude au quotidien, à l’absence. Seule Germaine la voisine, vieille dame qui l’observe comme une vigie et Raymonde la postière qui fait fie du qu'en-dira-t'on peuple sa vie. Raymonde dans laquelle Marguerite voit un modèle, son opposé une femme moderne et libre.

Le premier chapitre d’entrée nous capte en commençant par la fin du livre et le récit de la vie de Marguerite de 1939 à 44 la rend de plus en plus attachante pour comprendre ce début. Le récit par des descriptions à la fois simple et réaliste, une belle galerie de personnage secondaire comme André le jeune Gitan, le cheminot ami de son mari , Frantz l’officiel allemand donnent de l’épaisseur au récit. La vie de cette jeune femme qui peu à peu grandit, s’interroge sur sa place, l’amour, la vie et sur la guerre. Cette guerre honnie, ennemie qui fait du village des moutons.

Un portrait de femme à la fois moderne, fragile, terriblement troublant jusqu’à la dernière ligne. Un roman efficace qui nous fait voir la guerre au quotidien au travers de la vie del'héroiïne qui se poursuit comme une mécanique. Avec de belles rencontres mais aussi la mesquinerie et la violence des hommes et des femmes. Les questionnements moraux, le doute, la dureté de la vie sous l’Occupation sont au cœur des réflexions du personnage. Le récit est bien construit et met en valeur les personnages et la complexité de la période. Elle met en lumière aussi la vision de la femme à l’époque , une femme vue comme une épouse ou comme une proie quand elle est sans soutien. L’apprentissage de la liberté, de l’amitié sont aussi des bouffées d’oxygène dans un quotidien gris, sans pathos mais avec minutie, l’auteur tisse et déroule le destin de Marguerite.  Il n’épargne pas la lâcheté des hommes et  dépeint aussi les ombres de cette période.

Un portrait de femme vibrant lors de la 2nde guerre mondiale à découvrir d’urgence.

PS une belle lecture dans le cadre du prix orange