escalier© Fred Hedin

Emotion étrange, après avoir retenu son souffle si longtemps, expirer et en même temps se dire que rien n’est gagné, que tout est à reconstruire comme sur la photo, mais que le colmatage, le rafistolage, la fausse entraide, le rassemblement s’il n’est pas sincère risque de faire pire.

Pire que ce qui a failli se passer, se demander si on apprend vraiment de ses erreurs, si l’envie, l’idéal, l’entraide, la solidarité vont fonctionner.

Se demander quelle sortie, issue, lumière on va trouver dans les jours, les mois à venir, après avoir été si brutalement déçue difficile de faire à nouveau confiance.

Se sentir vidée, épuisée, au bord de la rupture, voir les kilos disparaitre comme ses rêves mais à un moment il n’y aura plus rien à perdre donc quel choix?

Une lueur, une flamme qui tremblote voilà à quoi ressemble sa vie, d’habitude elle luit envers et contre tous mais là elle a du mal à reprendre du carburant, trop de colère, d'ennui, d'injustice, de tristesse.

Est-ce l’époque, les années, la fatigue, la santé qui oscille qui lui fait tout repeindre en noir?

Pourquoi cette angoisse ? Ce mauvais pressentiment qui s’accroche à ses idées noires ? Pourquoi les projets, les planifications, les joies à venir n’arrivent pas à l’enlever à ce marasme ?

Décidemment son esprit est définitivement tordu, il lui fait croire qu’il va la laisser tranquille et boum, envoi massif d’ondes négatives et elle se retrouve ko, sonnée en attendant le prochain coup. Respirer, fermer les yeux, essayer de tenir à distance cette sensation.

Allez comme un bon petit soldat emmagasiner du carburant sourires, encouragements, mots pour essayer de tenir, ne pas s’abandonner à ce spleen grandissant depuis quelques jours qui comme à la veille de chaque décision est toujours mauvais conseiller. Qui lui hurle que le projet est trop grand, qu’il ne faut pas prendre de risque, qu’il faut se courber, ne pas hurler, ne pas regarder la réalité en face, ne pas tenter alors qu’il n’y a pas de raison logique.

Comme ces escaliers remonter marche après marche, reconstruire pour relancer la machine jusqu’au prochain grippement.

©eirenamg