coulon

Ce livre vous emmène dans son univers dès les premiers chapitres, comme dans un conte on découvre cet endroit à part, sauvage : les Trois gueules. On y suit une famille sur plusieurs générations: André jeune médecin qui décide de s’installer là puis son fils Benedict, sa femme Agnès, la nouvelle génération sera celle de Bérangère et d’un jeune homme paysan Valère. Les personnages sont bien campés qu’ils soient principaux comme la famille ou secondaires comme le prêtre Clément, le maire Grégoire, la mère de Benedict Elise. Chacun a son caractère et sa partition à jouer au village, ce village de « fourmis blanches » des ouvriers des carrières de pierre qui ont fait la renommée du village et la fortune des entrepreneurs les Charrier. La demeure la Cabane est aussi un personnage à part entière où se noue le destin de la famille et indirectement du village les Fontaines.

Avec une écriture très imagée, quasi cinématographique l’auteur nous plonge dans ce monde entre 2 eaux, 2 époques au bord de la modernité et pourtant soumis à l’imprévisibilité de la montagne, de la nature. Les descriptions de la campagne, de la vie et de la transformation au fil des années de ce village est fascinante. L’opposition entre ce paradis perdu, cet Eden sauvage et la ville est bien retranscrite. L’avancée de la modernité, de la médecine est aussi au cœur du récit et de l’évolution des 2 patriarches André et Benedict. Sorte de tableau dont on voit évoluer la lumière, les contrastes, les envies avec les préoccupations des jeunes, les forces de caractère, les drames qui menacent la ville, la famille. L’auteur crée un suspense et on s’attache à ses personnages et à ce lieu. Comme dans un beau rêve, on n’a pas envie de quitter cet endroit, des sensations de solitude, de douleur mais aussi de joie, de communion avec la nature sont transmises au fil des lignes. Cet émerveillement face à la nature, cette poussière blanche, la manière dont l’auteur rend perceptible cet univers qui nous semble de plus en plus familier. Une histoire à la fois moderne, universelle et hors du temps comme un conte ancestral. J’ai été bluffé par la construction et la maîtrise de l’auteur, j’ai retrouvé mon émerveillement face à la nature à la pierre blanche (car étant auvergnate j’ai plutôt l’habitude de la pierre noire de Volvic).

Un très beau livre qu’on quitte à regret, des personnages qu’ont laisse dans ce décor majestueux, partez à la découverte des Trois gueules vous ne le regretterez pas. 

PS: ce livre a été une belle découverte dans le cadre du prix orange 2017.